Page en cours de réécriture

Au sud d'Haïti

Gentillote est une zone rurale de la commune des Cayes dans le département du sud d'Haïti. L’habitat y est très dispersé. On y dénombre entre 4000 et 5000 habitants dont environ 1000 enfants d'âge scolaire. Après le séisme du 12 janvier 2010, plus de 2000 réfugiés se sont installés à Gentillote. La majorité d’entre eux y est restée.

L'activité économique est principalement l'agriculture traditionnelle : maïs, petit mil, manioc, pois. Faute d’irrigation, le paysan cultive au rythme des pluies avec un outillage rudimentaire. Il est rare que le paysan possède un bœuf pour l’assister dans ses travaux. La production est ensuite vendue par les femmes sur le marché voisin. Cependant, cette activité est loin de subvenir aux besoins des familles.

Des habitants volontaires

Face à cet environnement social et économique fragile, les événements climatiques sont sources de déstabilisation. Néanmoins, nous observons avec l'ASPAG les capacités des habitants à faire face et à s'organiser pour amortir les conséquences de ces épisodes dramatiques.

Gestion du passage de l'Ouragan Sandy à Gentillote

Fin novembre 2012, suite au passage de l'ouragan Sandy, le choléra est arrivé à Gentillote avec une vingtaine de cas, dont certains enfants de l'école.

L'ASPAG a décidé les actions suivantes :

- Réunion de sensibilisation le dimanche 25/11/2012 ouverte aux familles de la zone. L'invitation est transmise par les enfants de l'école, mais aussi diffusée sur le marché.

- Distribution de produits de bases (chlore, savon) aux famille à l'issue de cette réunion.

- Stock de sérum oral à l'école en cas d'infection d'un enfant ou d'une personne des environs.Le sérum permet de lutter contre la déshydratation en cas d'atteinte et donc de joindre un dispensaire. Cette réserve est indispensable dans des régions comme Gentillote où il n'y a aucun dispensaire à moins d'une heure.

La famine

Les cultures ont été détruites à plus de 70 % par Sandy, entraînant une hausse importante des prix des aliments de bases. D'ors et déjà, certaines familles souffrent de famine. Dans ce contexte, pour beaucoup d'enfants, le repas pris à la cantine scolaire est le seul repas de la journée. C'est à ce moment que l'ASPAG commence ses premières activités de coopérative agricole pour aider les paysans.