Une tâche immense attend Gentillote pour reconstruire l’habitat, et réhabiliter l’agriculture. Mais, après dix années d’existence et de travail en commun avec l’ASPAG, nous savons que les actions entreprises pour aider Gentillote ne seront pas vaines, et que chaque euro donné sera utilisé.

Les dons individuels sont actuellement réservés au fonctionnement de l’école et de la cantine, que nous devons faire fonctionner jusqu’à fin juin.
Les parents d’élèves ont déjà labouré et ré-ensemencé le jardin collectif, mais nous souhaitons assurer un repas aux enfants quelle que soit la récolte du jardin.

Il nous faudrait également pouvoir faire au moins une deuxième distribution de riz.

Nous effectuons actuellement des demandes de subventions auprès de diverses institutions pour les éléments collectifs, principalement les réparations de l’école et vous proposons quelques actions spécifiques de soutien.

Se regrouper pour une famille

Une équipe pour une famille : réparer et reconstruire les habitations. 

Men anpil chay pa lou’ dit-on en Haïti (littéralement, ‘avec beaucoup de mains, la charge n’est pas lourde’) !
Nous vous proposons de collecter des dons pour la reconstruction d’une maison au nom d’un groupe constitué autour de vous. Voici le principe.
Vous nous transmettez le montant du don avec le nom du groupe et nous l’affectons à l’achat des matériaux permettant la remise en état d’une maison. Nous vous ferons savoir qui est le bénéficiaire de la collecte, et vous enverrons la photo de la maison reconstruite !
L’ASPAG a recensé les priorités de reconstruction, par zone géographique et en fonction du nombre de personnes à héberger. Elle se chargera de l’achat et de la distribution des matériaux.
Toutes les maisons ont subi des dégâts importants, allant jusqu’à la destruction totale.
Aujourd’hui, les familles se sont regroupées pour construire des abris de fortune avec ce qui était récupérable.

Des tirelires pour des cabris

 Du côté des paysans : retrouver un cabri 

Gentillote vit de l’agriculture, mais récoltes et semences sont détruites. Les cabris et les volailles sont décimés.

Pour ne pas perdre une deuxième récolte, il faut semer maintenant ! Nous avons donc fourni une aide pour permettre le rachat de semences.
Pour les volailles, une solution locale peut être trouvée, ce qui est impossible pour les cabris, dont le coût d’achat est élevé (à partir de 50 € selon l’âge). Le cabri apporte cependant aux familles un revenu essentiel.
Nous vous proposons de mettre en place des ‘tirelires’, auprès des commerçants ou  lors de rassemblements.

Lorsque vous avez décidé que la tirelire est restée le temps utile (1 jour à ,1 ou 2 ou 3 semaines , selon le lieu ), vous comptabilisez le montant avec les responsables du lieu ayant accepté de présenter la tirelire, puis vous renseignez la partie 'j'ai fait une tirelire' du bon de don :adhésion, avec le montant de la tirelire, par le moyen que vous préférez (chèque, virement ou paypal !)